l'homme qui aimait la guerre

Product image 1l'homme qui aimait la guerre
Product image 2l'homme qui aimait la guerre
Product image 3l'homme qui aimait la guerre
Product image 4l'homme qui aimait la guerre
Product image 5l'homme qui aimait la guerre
Product image 6l'homme qui aimait la guerre
Product image 7l'homme qui aimait la guerre

Prix régulier 30,00 € TTC 6%

Nous acceptons les paiements suivants :
 Carte de crédit (Visa, MasterCard, Amex)
 Paypal
 Remise en main propre à la librairie
 Transfert bancaire
409 pages - 1960 - Très bon
Écrit par un ancien correspondant de guerre, ce roman raconte l'histoire de deux membres d'équipage d'un bombardier Boeing B - 17 Flying Fortress, en 1944. Un récit où se mêlent amitié, dévotion, peur et haine.

Caractéristiques

Finitions Broché collé
Particularités Bords festonnés, couverture plastifiée, Seconde édition
État Très bon
Nb. de pages 409
Année d'édition 1960
Langue Français
Traduction Traduit de l'anglais américain par Pierre Singer
Format 15 x 21 x 3 cm
Auteur John Hersey
Editeur LIBRAIRIE STOCK

Résumé

Le drame de l'amitié, de l'amour et de la peur, la rivalité de deux pilotes membres du même équipage d'une forteresse volante, en 1944.

 

L'Homme qui aimait la Guerre se nomme Buzz Marrow et c'est son compagnon Boman qui nous racontera l'histoire, et comment la dévotion qu'il éprouvait pour son ami fera place, un jour, à de la haine.

 

Lors de la dernière mission qu'accompliront les deux aviateurs, les vertus de courage et la force dont Buzz avait fait preuve jusqu'alors, l'abandonneront pour révéler une fatale faiblesse et la peur dominée et cachée jusqu'alors.

 

Boman nous raconte aussi son amour pour une jeune Anglaise et l'influence de cet amour dans l'effondrement de Buzz. ( ... )

À PROPOS DE CET AUTEUR
John Hersey

John Richard Hersey ( 17 juin 1914 - 24 mars 1993 ) est né à Tianjin ( Tientsin, Chine ), d'un couple de missionnaires protestants mandatés par la Y.M.C.A. ( Young Men's Christian Association ). Comme de nombreux enfants d'expatriés, il apprit à parler le chinois avant sa langue maternelle. 


Lorsque qu'il fut âgé de 10 ans, la famille retourna vivre aux États - Unis. John R. Hersey suivit sa scolarité dans une école publique à Briarcliff Manor ( New York ), incluant deux ans au sein de la Briarcliff High School. Plus tard, il fréquenta la Hotchkiss School ( Lakeville, Connecticut ), suivi de la Yale University ( New Haven, Connecticut ) où il fut membre de la Skull and Bones Society. Par la suite, il fut un étudiant diplômé de la University of Cambridge ( Cambridgeshire, Angleterre ), en tant que Mellon Fellow. 


En 1937, après ses études universitaires, John R. Hersey trouva un emploi comme secrétaire particulier et chauffeur de l'auteur Sinclair Lewis ( 1885 - 1951 ), mais supportant mal ses tâches, il commença à travailler pour le magazine Time ( où il fut engagé après avoir écrit un essai sur l'extrême médiocrité du magazine ). 


En 1939, il fut transféré au bureau de Time à Chongqing ( Chine ). Durant la Seconde Guerre mondiale, en tant que correspondant pour Newsweekly, John R. Hersey couvrit les combats en Europe et en Asie, écrivant, également, des articles pour les magazines Time et Life. Il accompagna les troupes alliés lors de l'invasion de la Sicile... et survécu à quatre accidents d'avion ! Il fut félicité, par le Secrétaire à la Marine, pour son rôle dans l'aide apportée lors de l'évacuation de soldats blessés de Guadalcanal. 


Après la guerre ( hiver 1945 - 1946 ), John R. Hersey se retrouva au Japon, rapportant pour The New Yorker sur la reconstruction du pays dévasté. Il mit la main sur un document écrit par un missionnaire jésuite ayant survécu au larguage de la bombe atomique sur Hiroshima ( " Little Boy ", 6 août 1945 ). Le journaliste rendit visite au missionnaire, lequel le présenta à d'autres survivants. Peu après, John R. Hersey débuta des discussions avec William Shawn ( 1907 - 1992 ), un éditeur pour The New Yorker, au cours desquelles il proposa une histoire qui ferait passer le récit cataclysmique à travers des individus qui ont survécu au bombardement. 


En 1946, après trois semaines de recherches et d'entretiens menés au japon, il revint aux États - Unis à la fin du mois de juin et débuta l'écriture des histoires de six survivants de Hiroshima. L'article, intitulé Hiroshima, fut publié le 31 août 1946. Ledit article occupa la quasi - totalité du magazine... quelque chose que The New Yorker n'avait jamais fait auparavant ! Par la suite, John R. Hersey décria le " Nouveau journalisme ", lequel il avait pourtant aidé à créer. Après la publication de Hiroshima, il nota que " ... Les choses dont nous nous souvenons sont des émotions et des impressions, des illusions, des images et des personnages : les éléments d'une fiction. " 


Par la suite, l'ancien correspondant de guerre écrivit, principalement, des fictions. De 1965 à 1970, John R. Hersey enseigna au Pierson College ( Yale University ), où il se fit remarquer pour son activisme ardent et son opposition contre la guerre du Viêt Nam ( 1955 - 1975 ). 


En 1985, il retourna à Hiroshima. Il écrira Hiroshima : The Aftermath, ce qui représenta la suite de son histoire d'origine. The New Yorker publia le récit dans son numéro du 15 juillet 1985. Durant sa carrière, et malgré tout son talent, John R. Hersey fut appelé un " plagiaire compulsif ", notamment en ce qui concerne la moitié du contenu de son livre Men on Bataan ( 1942 ). Il décéda à Key West ( Floride, États - Unis ), à l'âge de 78 ans. 


( source : Wikipédia )

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique