L'aviation militaire et la guerre aérienne

Product image 1L'aviation militaire et la guerre aérienne
Product image 2L'aviation militaire et la guerre aérienne
Product image 3L'aviation militaire et la guerre aérienne
Product image 4L'aviation militaire et la guerre aérienne
Product image 5L'aviation militaire et la guerre aérienne
Product image 6L'aviation militaire et la guerre aérienne
Product image 7L'aviation militaire et la guerre aérienne
Product image 8L'aviation militaire et la guerre aérienne

Prix régulier 50,00 € TTC 6%

Nous acceptons les paiements suivants :
 Carte de crédit (Visa, MasterCard, Amex)
 Paypal
 Remise en main propre à la librairie
 Transfert bancaire
Ce petit ouvrage, présenté sous la forme d'un journal intime, traite de l'aviation militaire en temps de guerre.

Caractéristiques

Format 18 x 12 x 2 cm
Nbr. de pages 259
Finition Reliure à bandes
Particularités 1. Notes manuscrites. 2. Cachet.
Année d’édition 1923
Langue Français
Etat du livre Un peu abîmé
Auteur Commandant Marcel Prosper Jean Jauneaud
Editeur ERNEST FLAMMARION, ÉDITEUR

Description

Livre d'aviation
Texte d'introduction de l'auteur sous sa forme d'origine.
INTRODUCTION
Cet ouvrage n'est pas un historique de l'Aviation Militaire. Ecrire l'histoire de cette arme nouvelle dépasserait mes moyens.
Les pages qui suivent résument simplement, avec quelques souvenirs de guerre, ce que je pense aujourd'hui de l'Aviation militaire et de son avenir, Je dis ’ Aujourd'hui ’, parce qu'il n'y a rien d'absolu, surtout en aviation, et que j'ai mis dans cet ouvrage une part d'imagination.
Le plan adopté est le suivant :
Dans une première partie je rappellerai en quelques mots des principales servitudes techniques qui conditionnent et limitent l'emploi de l'aviation militaire à la guerre. Dans les autres parties, j'essaierai de montrer successivement ses grandes spécialités : l'aviation d'observation, l'aviation de chasse, et l'aviation de bombardement sur le champ de bataille ; puis j'envisagerai la création et l'emploi d'une nouvelle arme aérienne : ’ l'aviation d'action lointaine ’.
Enfin j'essaierai de déduire de tout cela l'évocation de ce que pourra être, au point de vue aviation, une grande bataille dans quelques années, en supposant réalisée cette aviation nouvelle. Jeu d'imagination.

Le commandant Marcel Prosper Jean Jauneaud ( 19 juin 1885 - 27 avril 1947 ) voit le jour à Cholet ( Maine - et - Loire ). Il est le fils d'Ernest Léopold Jauneaud et de Marie Marguerite Lemet. Voici son parcours :

Classe 1905.
Recrutement de La Rochelle ( Charente - Maritime ) sous le matricule n° 1088.
Engagé volontaire, pour trois ans, au titre de l'école spéciale de Saint - Cyr ( à compter du 24 octobre 1904 ).
Nommé sous - lieutenant et affecté au 6ème Bataillon de Chasseurs Alpins ( 1er octobre 1906 ).
Nommé lieutenant ( 1er octobre 1908 ).
Stagiaire au 19ème Régiment d'Artillerie ( 1er avril 1913 ).
Affecté au 7ème Régiment de Hussards, caserné à Niort ( Deux - Sèvres, 1er juillet 1913 ).
Stagiaire de l'École Supérieure de Guerre ( 2 novembre 1913 ).
Affecté à l'État - Major de la 90ème Division (2 août 1914 ).
Affecté à l'État - Major de la 2ème Division du Maroc ( 2 septembre 1914 ).
Affecté à l'État - Major de la 10ème Armée ( 30 septembre 1914 ).
Nommé Capitaine ( 11 juillet 1915 ).
Passé à l'Aéronautique Militaire comme élève - pilote ( 11 juillet 1915 ).
Brevet de pilote militaire n° 1524 obtenu à l'École d'Aviation Militaire d'Ambérieu ( Ain, 9 septembre 1915 ).
À l'École d'Aviation Militaire d'Ambérieu ( jusqu'au 22 septembre 1915 ).
Pilote de la R.G.A. ( du 22 septembre au 20 octobre 1915 ).
Pilote de l'Escadrille MF 19, Aéronautique du 13ème Corps d'Armée ( du 2 novembre au 17 décembre 1915 ).
Commandant de l'Escadrille MF 71, Aéronautique du 8ème Corps d'Armée ( du 17 décembre 1915 au 15 novembre 1916 ).
Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'Armée ( en date du 12 juillet 1916 ).
Affecté à l'Aéronautique du 30ème Corps d'Armée ( du 15 novembre au 6 décembre 1916 ).
Affecté à l'Aéronautique du 1er Corps d'Armée Colonial ( du 6 décembre 1916 au 26 janvier 1919 ).
Blessé par plaie pénétrante à la joue, lors d'un accident d'avion au retour d'une mission de guerre ( 11 mars 1918 ).
Nommé Chef de bataillon à titre temporaire ( 29 avril 1918 ).
Commandant de l'Aéronautique de la 1ère Armée ( 26 janvier 1919 ).
Blessé au cours d'un accident de cheval avec chute et coup de pied ( 25 juin 1919 ).
Nommé Chef de bataillon à titre définitif ( 12 juillet 1919 ).
Chef du 5ème Bureau de la direction de l'Aéronautique au Ministère de la Guerre ( 16 octobre 1919 ).
Marié avec Mlle Annette Charlotte Renée Desplanches à Orléans ( Loiret, 15 octobre 1919 ).
Domicilié, après guerre, au 49, Avenue de l'Observatoire à Paris, 14ème ( 75 ).
Affecté au 34ème Régiment d'Aviation d'Observation ( 25 avril 1921 ).
Affecté à la mission française au Japon ( 26 juillet 1921 ).

Accompagné de deux autres officiers français, il arrive, sur place, au mois de septembre 1921. Les officiers français ont pour objectifs :

créer une armée de l’air indépendante.
créer une école supérieure de guerre aérienne.
créer un service des études et essais techniques et de fabrications aéronautiques.

La première Armée de l’Air du Japon voit le jour en 1925, sur le modèle français et avec des équipements d’origine française.

Professeur au centre d'études des liaisons et transmissions de Versailles ( 6 avril 1923 ).
Commandant en second du 21ème Régiment d'Aviation ( 25 janvier 1924 ).
Nommé lieutenant - colonel ( 25 décembre 1924 ).
Affecté au 22ème Régiment d'Aviation de Chartres ( 23 mars 1925 ).
Blessé au cours d'un accident d'avion, lors d'un vol de nuit ( 15 juin 1925 ).
Officier de la Légion d'Honneur ( en date du 22 décembre 1925 ).
Hospitalisé à l'hôpital militaire Cap Verve ( du 12 août au 2 septembre 1927 ).
Rentré de convalescence ( 18 septembre 1927 ).
Admis en congé du personnel navigant ( du 1er janvier au 31 décembre 1931 ).
Affecté au service historique de l'Armée ( 24 juin 1931 ).
Nommé colonel ( 25 décembre 1931 ).
Classé en surnombre à l'État - Major et administré par le 1er Groupe des Ouvriers de l'Air.
Affecté au 1er Bataillon de l'Air ( 1er août 1933 ).
Affecté à la base aérienne 104, par suite de la dissolution du 1er Bataillon de l'Air ( 1er octobre 1934 ).
Affecté à la base aérienne de Tours ( 6 mars 1937 ).
Démissionnaire de l'Armée.
Domicilié au Moulin Neuf à Mettray ( Indre - et - Loire ).
Crée une entreprise de couveuses automatiques, la société Bekauto, implantée non loin de Mettray.
Commandeur de la Légion d'Honneur ( en date du 10 décembre 1936 ).
Rappelé à l'activité en 1939, il commande le centre d'instruction des renseignements et la base aérienne de Tours.

Le commandant Marcel Jauneaud a, notamment, écrit les ouvrages suivants : Souvenirs de la bataille d’Arras ( octobre 1914 ), « Revue des Deux Mondes », n°58 ( 1920 ) et L'évolution de l'aéronautique ( 1923 ).
( sources : Ebisu Études japonaises, Wikisource, L'aviation militaire et la guerre aérienne, books.google.be, albindenis.free.fr/Site escadrille/escadrille071.htm )
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique