BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER

Product image 1BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER
Product image 2BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER
Product image 3BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER
Product image 4BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER
Product image 5BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER
Product image 6BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER
Product image 7BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER
Product image 8BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE - MES AVIONS DE PAPIER

Prix régulier 75,00 € TTC 6%

Nous acceptons les paiements suivants :
 Carte de crédit (Visa, MasterCard, Amex)
 Paypal
 Disponible au point d'enlèvement
Au 30, rue de l’enseignement 1000 Bruxelles chez Pascal Karp Watches Expertise tous les jours entre 10:00 et 19:00 sauf le dimanche.
 Transfert bancaire
BIGGLES présente... FRANCIS BERGÈSE

Caractéristiques

Finition Cartonné ( reliure à dos carré )
Particularités Édition originale ( E.O. ou éd.or )
État Occasion excellent état
Nb. de pages 111
Année d'édition 2004
Langue Français
Collection / Série BIGGLES
Format 22.5 x 29.5 x 1 cm
D'après les personnages de W.E. JOHNS
Scénario, dessin et couleurs FRANCIS BERGÈSE
Préface  Michel MARRAND, journaliste
Editeur MIKLO

PRÉFACE 

 

Lorsqu'il fut question de créer la revue « l'Album du Fanatique de l'Aviation >>, nous décidâmes que la couverture seule serait en couleurs. Il m'apparut à l'évidence que pour illustrer des sujets datant d'une époque où la photographie en couleurs n'existait pas, il n'était qu'une solution : le dessin. Celui-ci permettait, en outre, la création de scènes inédites. La question cruciale s'imposant à nous, en cette époque d'improvisation, était : à qui confier ce travail ?

Après maints essais peu concluants, j'eus le bonheur de voir apparaître un jeune homme souriant, à l'accent méridional qui, de son inséparable carton à dessins, sortit de superbes gouaches - celles-là même que nous espérions ! Et puis... ce jeune artiste, spécialiste de la bande dessinée, connaissait les avions aussi bien que moi. Et pour cause, il était pilote en activité !

Son nom ? Francis Bergèse, bien sûr.

Francis devint bien vite l'un des trois ou quatre artistes - parmi lesquels j'ai eu l'honneur de compter le Maître Paul Lengellé - qui réalisèrent les couvertures ayant grandement contribué au succès de la revue. Jamais les lecteurs n'avaient vu vivre de cette manière toujours réinventée les avions qu'ils aimaient tant.

Francis Bergèse fut l'un de nos plus fidèles illustrateurs. Ses compositions étaient appréciées aussi bien des aérophiles spotters que des maquettistes pour leur exactitude, la rigueur du dessin et la mise en valeur des sujets. Autant de qualités qu'il porta à leur plus haut niveau.

Un jour, nos routes se sont séparées mais de loin, j'ai suivi la carrière de Francis. Je l'ai vu persévérer dans le sens de la qualité et revenir à ses premières amours : la bande dessinée, où il fait à nouveau preuve de son savoir-faire et de ses dons artistiques.

Francis a encore beaucoup d'avions dans la tête et dans les doigts, aussi réserve-t-il encore bien des joies aux amoureux de ses avions de papier.

 

 

 

Michel Marrand

Journaliste

 

 

 

 

 

 

 

 

AVANT-PROPOS 

 

Voilà plusieurs années déjà qu'on me demande - sur des terrains d'aviation ou lors de festivals de BD - si j'ai l'intention de publier un recueil de mes peintures aéronautiques.

 

De prime abord, cela ne me paraissait guère réalisable : je ne possède qu'une faible partie des originaux et il me semblait impensable de réunir suffisamment de reproductions photographiques des pièces manquantes. Mais l'idée a fait son bonhomme de chemin. Et en définitive, à force de contacts et de recherches occasionnels, je me suis trouvé en mesure de réunir plus d'une centaine de documents. En outre, un éditeur s'intéressait à mon projet. C'était parti ! Les documents de base ne sont pas tous en excellent état. Aussi certaines reproductions n'ont-elles pas vraiment une qualité « pro ». Je compte sur l'indulgence du lecteur.

 

 

Curieux, songez-vous, comment un illustrateur peut-il laisser ses originaux se fondre dans la nature ?... À vrai dire, c'est nettement plus simple que de les récupérer !... À mes débuts, je pensais qu'ils restaient la propriété de mes commanditaires. Plus tard, j'ai appris que ceux-ci ne me payaient, en réalité, qu'un droit de reproduction : l'original m'appartenait. Hélas, ma nonchalance est telle que je n'ai jamais entrepris les démarches qui m'auraient permis de récupérer mes biens. Ensuite, je me suis aperçu qu'un original circulant entre l'éditeur, le photograveur et l'imprimeur s'évaporait parfois en cours de chemin... quand il n'était pas purement et simplement escamoté chez l'un d'eux.

J'aurais dû me muer en Sherlock Holmes pour en retrouver la trace !

 

Par ailleurs, j'ai offert certains originaux à des amis... et aussi à de prétendus tels. J'en ai vendus aussi... à vil prix, en des temps difficiles. Quant aux travaux réalisés pour les maquettes Heller, je n'ai jamais revu un seul original et je suis donc en litige avec cette société. J'y ai néanmoins rencontré quelqu'un de compréhensif qui a retrouvé et m'a prêté une vingtaine d'Ektachromes professionnels sans lesquels ce livre n'aurait jamais vu le jour.

 

Je ne puis finir de régler ce résumé de mes comptes en oubliant les quelques photograveurs ou imprimeurs à qui je dois le retour d'originaux abîmés parce que pliés, mouillés, coupés ou sur lesquels de la peinture a été arrachée par un bout de Scotch malencontreux... Belle conscience professionnelle ! Mais ne nous plaignons pas, ceux-là au moins m'ont retourné mes documents !

 

Je ne suis pas Peintre de l'Air. Je ne suis peut-être pas peintre, d'ailleurs. J'illustre. Commercialement. Pour le grand public, qui semble apprécier mon travail. C'est ma façon de rivaliser quelque peu avec Paul Lengellé, Le Peintre de l'Air, dont je suis fier de pouvoir dire qu'il me compte au nombre de ses amis.

 

 

Francis Bergèse

31 janvier 1991

 

 

 

 

À PROPOS DE FRANCIS BERGÈSE 

Francis Bergèse est né en 1941 à Crest, dans le Sud-Est de la France (en même temps que sa passion pour l'aéronautique). Il est breveté pilote de planeur à 17 ans et pilote d'observation de l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre) à 20 ans.


Il débute sa carrière d'illustrateur et auteur de BD en 1964. Après huit années de << vache enragée », il saute sur l'opportunité de devenir journaliste grâce à un emploi à plein temps au mensuel Le Fanatique de l'Aviation. Il en est le rédacteur en chef, avant de devenir celui de Modèle Magazine. Il collabore à d'autres journaux aéronautiques (Pilote Privé et Aviation Magazine International) où il est en prise directe avec l'actualité. Après cinq ans de journalisme, il revient à l'illustration pour les couvercles des boîtes de maquettes Heller.


C'est en 1983 qu'il reprend avec brio la série Buck Danny, scénarisée par Jean-Michel Charlier et orpheline de son dessinateur Victor Hubinon. Parallèlement, il crée en 1989, avec Claude Lefrancq, la série Biggles, d'après l'œuvre romanesque de W.E. Johns. Mais avant d'être le remarquable dessinateur de ces deux séries vedettes, Francis a déjà réalisé une quantité de travaux, alternant avec le même bonheur illustration et bande dessinée.


C'est dès 1967 que Francis mettra son talent au service de nombreuses revues (Zorro, Formule 1, Fripounet, J2 Magazine, Signe de Piste, Le Fanatique de l'Aviation, etc.) réalisant ainsi quantité d'illustrations et des centaines de planches
de bandes dessinées.

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique