Aventures DANS LA MER DE CORAIL

Product image 1Aventures DANS LA MER DE CORAIL
Product image 2Aventures DANS LA MER DE CORAIL
Product image 3Aventures DANS LA MER DE CORAIL
Product image 4Aventures DANS LA MER DE CORAIL
Product image 5Aventures DANS LA MER DE CORAIL

Prix régulier 25,00 € TTC 6%

Nous acceptons les paiements suivants :
 Carte de crédit (Visa, MasterCard, Amex)
 Paypal
 Remise en main propre à la librairie
 Transfert bancaire
Ce joli petit livre est un roman d'aventures dans lequel une femme - pilote australienne, avec une de ses collègues, part à la rescousse de huit femmes des forces armées britanniques ( après la chute de Singapour face aux troupes japonaises, le 15 février 1942 ).

Caractéristiques

Format 19 x 13 x 2 cm
Nbr. de pages 191
Traduction Traduction de Suzanne Hot
Finition Cartonné
Particularités Inscription manuscrite, pages non coupées
Année d’édition 1945
Langue Français
Réédition? 1949
Etat du livre Un petit peu abîmé
Auteur Captain W.E. Johns
Editeur Presses de la Cité

Description

Livre d'aviation
CHAPITRE PREMIER
UN SIGNE DU PASSÉ
Une légère couche de neige avait recouvert le champ d'aviation d'un manteau mince et inégal, et la masse de nuages bleu indigo, qui s'entassaient au nord, en promettait encore. Le chef d'escadrille, Joan Worralson, des W.A.A.F.* la regarda pendant un moment d'un oeil désapprobateur ; puis abandonnant le Spitfire, avec lequel elle venait d'atterrir, aux mécaniciens qui étaient sortis en courant à sa rencontre, elle se dirigea vers son quartier, son équipement de vol sur le bras.
Mais alors qu'elle dépassait le quartier général du camp, un appel la fit s'arrêter, pour attendre son amie et camarade de vol, Betty Lovell, officier d'aviation, qu'on appelait plus communément Frecks. Frecks lança un pouce inquiet du côté des nuages : ’ Hello Worrals ! Vous l'avez échappé belle, ’ remarqua - t - elle. ’ Le Vieux se faisait de la bile à l'idée que vous pouviez vous trouver empêtrée dans les flocons de neige. ’
Texte de la page n° 7.
* Dans le livre, il est indiqué que les initiales W.A.A.F. correspondent à Women Australian Air Force ! Ceci est une pure invention ! W.A.A.F. est, en réalité, l'abréviation de Women's Auxiliary Air Force, autrement dit ’ Auxiliaires féminines de la Force Aérienne ’. Les W.A.A.F.'s dépendaient de la Royal Air Force ( R.A.F. ) et étaient, pour une majeure partie, Britanniques ( s'ajoutaient, à ces dernières, les volontaires provenant du Commonwealth et d'Europe occupée ). Mis à part celles qui travaillaient sur les appareils ( Flight Mechanics, Armourers, etc... ), les W.A.A.F.'s étaient affectées dans des services au sol. Jamais, durant la Seconde Guerre mondiale, il n'y eut de pilote chez les W.A.A.F.'s !
De plus, La Royal Australian Air Force ( R.A.A.F. ) avait aussi sa section féminine, plus connue sous les initiales W.A.A.A.F. ( Women's Auxiliary Australian Air Force ). Les Australiennes étaient affectées aux mêmes tâches que leurs collègues des W.A.A.F.'s.
Il y a bien eu des pilotes et navigatrices féminines chez les Britanniques, lesquelles travaillaient en relation avec la R.A.F. Il s'agissait des aviatrices de l'A.T.A. ( Air Transport Auxiliary ). C'était une unité au sein de laquelle hommes ( pilotes civils, hommes âgés et cadres rayés de la R.A.F. ) et femmes convoyaient des appareils, sortant tout droit des usines, jusqu'aux bases de la R.A.F. Même si ces aviateurs / aviatrices portaient un uniforme, il s'agissait de civil( e )s.

William Earl Johns ( 5 février 1893 - 21 juin 1968 ) voit le jour à Bengeo ( Hertfordshire, Angleterre ).
Il vit à Swaffham ( Norfolk, Angleterre ) et est inspecteur sanitaire quand il s'engage, en 1913, comme simple soldat dans l'armée territoriale. Son unité, le King's Own Royal Regiment, est mobilisée au mois d'août 1914. Elle est envoyée outre - mer, au mois de septembre 1915, où elle combat à Gallipoli ( Péninsule Turque ) avant d'être déplacé vers le canal de Suez ( Égypte, décembre 1915 ). William E. Johns est ensuite transféré au le Machine Gun Corps ( septembre 1916 ), où il sert sur le front grec avant d'être hospitalisé pour malaria.
Après sa guérison, il est affecté au Royal Flying Corps ( R.F.C. ) au mois de septembre 1917, et rapatrié en Angleterre pour y apprendre à piloter. Il est nommé instructeur le 1er avril 1918 ( date de naissance de la Royal Air Force ), et est muté à Marske - by - the - Sea ( North Yorkshire, Angleterre ). Il y perd rapidement trois avions à la suite de problèmes de moteur :

l'un s'écrasant en mer.
l'autre sur la plage.
le troisième endommageant une habitation.

Ses mésaventures continuent : il évite de justesse de s'écraser sur un falaise, noyée dans le brouillard. Bien qu'endommager l'hélice en utilisant la mitrailleuse synchronisée ( montée sur le capot ) soit un accident peu fréquent, cela lui arrive par deux fois. William Earl Johns sert comme instructeur jusqu'au mois d'août 1918, puis est transféré sur le front ouest. Il y passe seulement six semaines, comme pilote de bombardier, avant d'être abattu et fait prisonnier, le 16 septembre 1918. Il est détenu jusqu'à la fin de la guerre.
William Earl Johns reste dans la Royal Air Force jusqu'en 1930, la quittant avec le grade de Flying Officer ( lieutenant ). En tant qu'officier recruteur, il a initialement refusé la candidature au sein de la R.A.F. de Thomas Edward Lawrence, dit ’ Lawrence d'Arabie ’ ( 1888 - 1935 ).
En quittant la R.A.F., il devient correspondant aéronautique pour la presse, et correcteur et illustrateur de livres d'aviation. Son premier roman, Mossyface, est publié en 1922. À la demande de l'éditeur John Hammond Ltd., il crée le magazine Popular Flying qui paraît, pour la première fois, au mois de mars 1932. C'est dans ces pages que naît le personnage de Biggles, dans un récit intitulé The White Fokker. Le premier titre publié mettant en scène Biggles, un recueil d'histoires intitulé The Camels Are Coming, paraît au mois d'août 1932. La série comptera près de cent volumes. Les titres de la série des aventures de Biggles sont d'abord signés du pseudonyme William Earle, avant l'apparition de celui de Captain W.E. Johns, devenu célèbre ( un grade qu'il s'est, en fait, autodécerné ).
William E. Johns édite Popular Flying et l'hebdomadaire Flying jusqu'au début de 1939. Il en est évincé à la suite de pressions du gouvernement pour son opposition à la politique d'’ Appeasement ’ ( apaisement ). À cette époque, il écrit des romans, des récits courts et des articles pour des magazines. Il continue à écrire les aventures de Biggles, dont près d'une centaine d'entre elles ont été publiées jusqu'à sa mort.
Bien qu'étant son personnage le plus connu, Biggles n'est pas unique. On peut ainsi trouver dans sa production des histoires sur le capitaine commando Lorrington ’ Gimlet ’ King ( King et ses brigands, 1951 ), le ’ chef d'une troupe de commandos qui évolue dans des récits de guerre, puis dans des intrigues policières ’ ; sur l'aviatrice Joan ’ Worrals ’ Worralson, une sorte de Biggles au féminin, créée à la demande du Ministère de l'Air pour inciter les femmes à rejoindre les W.A.A.F. ( Women's Auxiliary Air Force ) ; et sur l'astronaute ( ex - R.A.F., naturellement) Group Captain Timothy ’ Tiger ’ Clinton, qui va pour la première fois dans l'espace en 1954.
William Earl Johns a également signé des romans policiers sans héros récurrent.
William Earl Johns est décédé dans le London Borough of Richmond upon Thames ( Londres, Angleterre ), à l'âge de 75 ans.
( source : Wikipédia )
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique