INTERPRETE VOLANT Avec la 72e Escadrille de Liaison Americaine 1944-1945

Product image 1INTERPRETE VOLANT Avec la 72e Escadrille de Liaison Americaine 1944-1945
Product image 2INTERPRETE VOLANT Avec la 72e Escadrille de Liaison Americaine 1944-1945
Product image 3INTERPRETE VOLANT Avec la 72e Escadrille de Liaison Americaine 1944-1945
Product image 4INTERPRETE VOLANT Avec la 72e Escadrille de Liaison Americaine 1944-1945
Product image 5INTERPRETE VOLANT Avec la 72e Escadrille de Liaison Americaine 1944-1945

Prix régulier 25,00 € TTC 6%

Le 9 septembre 1944, Jean Ably devient interprète de la 72e escadrille de liaison attachée au quartier général de la 7e armée américaine. A partir de notes prises dans un carnet, il restitue ainsi les conditions de vie très privilégiées de ces aviateurs de l’Armée de l'air américaine en campagne.

Caractéristiques

Format 12 x 19 x 2 cm
Nbr. de pages 223
Finition Broché
Particularités Pages non coupées
Aviation belge Oui
Année d’édition 1946
Langue Français
Etat du livre Bon état
Auteur Jean Ably
Editeur Arthaud (Paris)

Description

Le 9 septembre 1944, Jean Ably devient interprète de la 72e escadrille de liaison attachée au quartier général de la 7e armée américaine. A partir de notes prises dans un carnet, il restitue ainsi les conditions de vie très privilégiées de ces aviateurs de l’Armée de l'air américaine en campagne. Cette expérience insolite vécue par un jeune Français représente un des principaux intérêts du livre. L'auteur ne participe pas à des opérations de combat à proprement dit, son statut et les missions de cette escadrille relevant d’un tout autre domaine. Son travail consiste surtout à réquisitionner des logements à proximité des terrains d’aviation utilisés par l’escadrille. Celle-ci reste stationnée en France jusqu’au 25 mars 1945, date à laquelle elle est transférée à Kaiserlautern en Allemagne. Elle se révèle ensuite très mobile, et ce jusqu’à la fin de la guerre. Parlant l’allemand, Jean Ably cherche à sonder le coeur des populations civiles confrontées à une défaite imminente. De fait, leur adhésion au parti national-socialiste, au passé comme au présent, reste le thème de réflexion central de son récit. Il évoque par ailleurs le délabrement général dans lequel l'Allemagne est désormais plongée. Le 10 mai 1945, il a l’occasion de voir brièvement Goering, avant que celui-ci ne soit transféré en lieu sûr. Il décrit l’ancien Reichsmarschall comme un ’monstre penaud’ (194). Le 10 juin 1945, il retrouve l’aéroport d’Eybens, près de Grenoble, l’endroit même où il avait rejoint l’armée américaine neuf mois plus tôt.
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique