ESCADRILLES AU COMBAT

Product image 1ESCADRILLES AU COMBAT
Product image 2ESCADRILLES AU COMBAT
Product image 3ESCADRILLES AU COMBAT
Product image 4ESCADRILLES AU COMBAT
Product image 5ESCADRILLES AU COMBAT
Product image 6ESCADRILLES AU COMBAT
Product image 7ESCADRILLES AU COMBAT
Très bon état. In-12 broché. Du 7 au 19 mai 1940, l'auteur retrace la campagne des escadrilles de l'armée belge face à l'attaque allemande.

Caractéristiques

Format 12,5 x 19,7 x 1,5 cm
Nbr. de pages 253
Finition Broché
Aviation belge Oui
Année d’édition 1942
Langue Français
Auteur Jean Delaet
Editeur LES ECRITS BRUXELLES - PARIS

Description

Très bon état. In-12 broché. Du 7 au 19 mai 1940, l'auteur retrace la campagne des escadrilles de l'armée belge face à l'attaque allemande.
Extrait :
La journée du 10 mai.
La 5e escadrille, renforcée d'éléments de la 9e, toutes deux du 3e régiment d'aéronautique, quitte l'aérodrome d'Evere quelques minutes avant le bombardement. Trois Battles doivent être abandonnés momentanément, à Evere, l'hélice de l'un ayant cisaillé l'aile de l'autre et le T.63 a son moteur à la révision. Les avions prennent la direction de Belcele près de Saint-Nicolas-Waes, pour atterrir au terrain N° 37. Les aviateurs ignorent tout des événements de la nuit.
Observateurs et radio-mitrailleurs sont, pour la plupart, de service à terre.
Les réservoirs du Battle sont enfermés dans les ailes, sans protection contre les balles. Ses vitesses sont les suivantes : atterrissage : 97 km.-heure ; croisière : 320 km. ; maximum : 410 km. Pour tout armement, il possède une mitrailleuse à l'arrière et une mitrailleuse à l'avant. Ces armes sont d'excellente qualité. Le pilote n'est pas protégé par du blindage. Le Battle belge était un avion équipé pour le bombardement de nuit.
En attendant les ordres, le P.N. en habit de vol, grille une cigarette. La saison magnifique et le cantonnement confortable promettent quelques jours d'évasion loin de la maussade caserne de l'avenue Bordet. Les aviateurs s'imaginent vivre une alerte de plus.
Il est 05 h. 40. L'implacable soleil du 10 mai illumine le ciel. Un vrombissement scandé fait lever le nez à tous les aviateurs belges, étonnés par la présence de nombreux avions dans le ciel du pays de Waes. D'où viennent ces formations aériennes qui semblent tracer des cercles autour de la position d'Anvers ? Trois avions se dirigent vers Belcele et passent à la verticale de l'aérodrome. Nous reconnaissons des avions allemands ! Une commune pensée naît dans l'esprit de tous : « Une grande offensive contre l'Angleterre ou une bataille navale dans la mer du Nord.»
Les trois avions reviennent vers l'aérodrome en manœuvrant pour dérouter un tir éventuel de la D.C.A. Le terrain n° 37 est défendu par douze vieilles Maximes légères à balles perforo-traçantes, dont le tir, à 400 mètres, devient imprécis. Les avions manœuvrent entre 2.000 et 2.500 m. d'altitude, comme s'ils effectuaient un exercice de polygone. Soudain, on entend le sifflement caractéristique des bombes tombant dans le vide. Les avions sont pris d'un mouvement comme s'ils avaient reçu chacun un uppercut.
 
À PROPOS DE CET AUTEUR
Jean Delaet

Jean Delaet est un auteur connu notamment pour ses deux ouvrages sur l'Aéronautique Militaire belge : Escadrilles au combat ( 1942 ) et Dernières escadrilles 40 ( 1946 ). 


( source : www.abebooks.fr )

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique