En prison avec Tupolev

Product image 1En prison avec Tupolev
Product image 2En prison avec Tupolev
Product image 3En prison avec Tupolev
Product image 4En prison avec Tupolev
Product image 5En prison avec Tupolev
Product image 6En prison avec Tupolev
1938 toute l'élite de la construction aéronautique russe est arrêtée, envoyée en camp, puis transférée dans des "charagas" (ou charachkas, bureaux d'études au personnel principalement composé de détenus)

Caractéristiques

Format 13 x 21 x 2 cm
Nbr. de pages 159
Traduction Traduit du russe par N. Krivocheine et M. Gorbov en collaboration avec Nina Nidermiller
Finition Broché
Année d’édition 1973
Langue Français
Etat du livre Bon état
Editeur Albin Michel

Description

En 1938, Béria, alors chef tout-puissant de la police secrète soviétique - le N KVD - crée à Moscou, pour d'éminents spécialistes de l'aviation, une charaga, bureau d'études et de construction dont tout le personnel est composé de détenus. C'est là que l'auteur, un de ces spécialistes qui préserve son anonymat derrière le pseudonyme transparent de Charaguine, retrouve une centaine de savants, ingénieurs et techniciens. En tête, Andréï Tupolev, un des plus célèbres constructeurs d'avions qui, après des voyages d'études à l'étranger, a été accusé d'avoir vendu des plans à l'Allemagne nazie. En prison avec Tupolev est l'histoire de cette captivité d'un genre jusqu'alors - et depuis lors - inconnu. Sous les ordres de Béria avec qui Tupolev a une entrevue ubuesque - le policier se voulant plus compétent que le savant - tous ces détenus inculpés de sabotage et de trahison travaillent le plus sérieusement du monde à la construction d'un avion de combat que Tupolev a déjà conçu dans une autre prison. Ils ne sortent que pour être conduits dans le plus grand secret sur les terrains d'essais, mais ils ne peuvent communiquer ni avec leur famille ni avec leurs amis. Fin juillet 1941, quelques semaines après l'invasion hitlérienne, Tupolev disparait mystérieusement. Toute l'équipe de la charaga est bientôt évacuée de Moscou bombardé et menacé par les Allemands, et arrive à Omsk. Le livre s’achève au moment où l’auteur et dix-sept camarades sont libérés dans cette ville de Sibérie, par un général du NKVD en présence de Tupolev. L’atmosphère qui régnait dans cette charaga, la pureté et l’enthousiasme des protagonistes, la détresse des condamnés ignorants de leur sort, c’est toute l’âme russe que l’on retrouve à travers l’étonnant élan patriotique animant et unissant des hommes qui, au mépris de leurs geôliers, veulent avant tout réussir leur œuvre.
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique