En hydravion au dessus du Continent noir

Product image 1En hydravion au dessus du Continent noir
Product image 2En hydravion au dessus du Continent noir
Product image 3En hydravion au dessus du Continent noir
Product image 4En hydravion au dessus du Continent noir
Product image 5En hydravion au dessus du Continent noir
C'est en février 1926 que le Ministre de la Marine conçut le projet d'un voyage d'études en hydravions : France-Madagascar et retour.

Caractéristiques

Finitions Broché cousu
État Bon
Nb. de pages 198
Année d'édition 1927
Langue(s) Français
Format 12 x 15 x 2 cm
Auteur Marc Bernard
Editeur ÉDITIONS BERNARD GRASSET

Description

LETTRE  DE M. GEORGES LEYGUES,  MINISTRE DE LA MARINE  

C'est en février 1926 que le Ministre de la Marine conçut le projet d'un  voyage d'études en hydravions : France-Madagascar et retour. Le  commandant de Laborde, chef du Service central de l'Aéronautique navale, en étudia les moyens d'exécution avec le ministère des Colonies, le colonel de Goys, chef de cabinet de M. Laurent-Eynac et le commandant Bettembourg, l'un des organisateurs des croisières automobiles à travers l'Afrique. Il établit un itinéraire offrant les  plans d'eau indispensables, c'est celui qui a été suivi. Le 31 mars  1926, j'approuvai le rapport du commandant de Laborde qui concluait à l'adoption de principe du projet. Les constructeurs,  informés, mirent les hydravions en construction. Le 11 juin, je désignai  les équipages qui devaient exécuter le raid. Le 13 août j'approuvai le projet définitif du voyage que me présenta le contre-amiral Frochot successeur du commandant de Laborde, à la tête du Service de l'Aéronautique au Ministère de la Marine. Le 12 octobre les deux  appareils montés par les lieutenants de vaisseau Bernard et Guilbaud quittaient Berre. On sait avec quelle habileté, quelle endurance et quel courage, la randonnée France-Madagascar a été accomplie. Georges LEYGUES.

À PROPOS DE CET AUTEUR
Marc Bernard

wiki/Marc_Bernard_(aviateur)


Entré à l’École navale en 1916, il se destine rapidement à la carrière de pilote. Il est breveté :

  • observateur d’hydravion en 1918 ;
  • Pilote d’avion en 1919 ;
  • Pilote d’hydravion en 1920.

Ses talents de pilote le font remarquer dès 1923.

En 1926, l’Aéronavale française décide d’effectuer la première liaison aérienne entre la France et Madagascar. Le raid est mené par deux hydravions de modèles différents :

Le raid part de l’Étang de Berre, près de Marseille, le 12 octobre 1926.

Le voyage aller se déroule sans incident initialement, mais le 1er novembre 1926, à 40km de Lokoja, le CAMS 37 tombe en panne de moteur à 40 kilomètres de Lokoja, Nigeria et doit se poser sur le fleuve Niger.  Sans possibilité de réparer sur place, le LV Guilbauld demande alors au LV Bernard de finir le voyage sans lui. Toutefois, le Premier-maître  Poignant, ayant rejoint la mission tardivement et moins bien préparé que  Bougault pour poursuivre le voyage, lui cède sa place à bord du LeO  H-194. Bernard et Bougault repartent donc seuls sur leur petit hydravion biplan monomoteur.

Bravant des difficultés météorologiques et techniques, l’hydravion rejoint la côte Est de l’Afrique, et finalement  amerrit à Tananarive le 4 décembre 1926.

Le voyage de retour s’effectue entre le 7 décembre 1926 et le 12 janvier 1927, suivant un tracé différent, par les grands lacs et le Nil, Alexandrie et l’ Étang de Berre.

Le ministre de la Marine Georges Leygues avait tenu à ce que l'hydravion termine son voyage en se posant à Paris afin de donner encore plus de retentissement à cette "grande première". Le 12 janvier 1927 à 14 heures 15, au terme d'un voyage de 27 000 km, le LeO H-194 se pose sur la Seine entre le pont de Suresnes et la passerelle de Saint-Cloud sous les acclamations de la foule parisienne.

Georges Leygues remit au LV Bernard la Croix d'Officier de la Légion d'Honneur et annonça au Maître principal Bougault sa prochaine nomination au grade d'officier des Équipages de la Flotte. Puis les deux héros du jour furent reçus au Palais de l'Élysée, à la mairie de Paris et à l'Aéro-Club de France.

Le courage et la force de volonté du LV Bernard lui vaudront  encore de nombreux témoignages de satisfaction pendant toute sa carrière  dans l’Aéronavale. En 1939, il commande l’escadrille d’exploration E.6 créée en janvier 1939 à Lanvéoc-Poulmic et l’hydravion Latécoère 523 Altaïr et reçoit la Croix de guerre.

Marc Bernard est décédé en 1960. Il est inhumé à Bossancourt, dans l’Aube.

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique