Pas de Panache en ALTITUDE

Product image 1Pas de Panache en ALTITUDE
Product image 2Pas de Panache en ALTITUDE
Product image 3Pas de Panache en ALTITUDE
Product image 4Pas de Panache en ALTITUDE

Prix régulier 30,00 € TTC 6%

Nous acceptons les paiements suivants :
 Carte de crédit (Visa, MasterCard, Amex)
 Paypal
 Remise en main propre à la librairie
 Transfert bancaire
Lieutenant - colonel d'aviation Gustave Rens, Pas de panache en altitude, aviateurs belges, R.A.F., Bataille de Grande - Bretagne, Hurricane, Blenheim, Spitfire, Fighter Command, Squadron, 1940, 1941, Doutrepont, Ortmans, Offenberg

Caractéristiques

Format 20 x 15 x 2 cm
Nbr. de pages 323
Finition Broché
État du livre
Pelliculage s/couverture un peu abîmé
Aviation belge Oui
Année d’édition 1963
Langue Français
Auteur Lt - colonel G. Rens
Éditeur La Maison des Ailes

Description


Préface de l'auteur
1963. Dix - huit ans se sont écoulés depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Une fois de plus la Force Aérienne allait être la seule Force combattante à ne pas posséder son historique de la guerre.
Et cette fois, l'histoire des ailes belges se révèlerait bien plus difficile à reconstituer qu'après la guerre 14 - 18. En effet, exception faite pour les escadrilles 350 et 349*, créées respectivement fin 1941 et début 1943, c'est - à - dire longtemps après l'entrée en opération des premiers aviateurs belges dans la R.A.F., la Force Aérienne n'a compté que des éléments disséminés dans le monde entier, perdus dans la masse des aviateurs de toutes nationalités des forces aériennes alliées. 
L'historique des ailes belges de 40 à 45 est par conséquent le recueil des historiques de chaque aviateur en particulier, situés dans l'ensemble des opérations de la guerre en général.
( ... ) ..., les survivants font preuve d'une telle pudeur, d'une telle modestie, d'une telle crainte d'être ’ statufiés ’ qu'il a bien fallu reconstituer la plupart du temps par nos propres moyens la matière du tome I.
Nous n'étonnerons donc personne en disant que certains points de ce travail, commencé en 1946, demeurent encore obscurs. ( ... )
* Les dénominations exactes sont No. 350 ’ Belgian ’ Squadron et No. 349 ’ Belgian ’ Squadron.

Colonel d'aviation e.r. Gustave Joseph Albert Rens ( 8 janvier 1917 - 6 mai 2013 ). Gustave Rens voit le jour à Aarschot ( province du Brabant flamand, Belgique ). Il va poursuivre, par la suite, ses humanités au sein de l'Athénée Royal de Leuven ( actuelle Koninklijk Atheneum Redingenhof Leuven, Belgique ). Le 31 juillet 1935, il choisit la carrière militaire et signe un engagement volontaire de trois ans au sein du 3ème Régiment de Lanciers, lequel se trouve en garnison à Brasschaat ( province d'Anvers, Belgique ). Voici le parcours de Gustave Rens jusqu'au mois de mai 1940 :

Nommé au grade de brigadier ( 30 septembre 1935 ).
Nommé au grade de maréchal des logis ( 26 mars 1937 ).
Signe un réengagement d'un an ( 31 juillet 1938 ).
Signe un réengagement de quatre ans ( 31 juillet 1939 ).
Nommé au grade de lieutenant de réserve de cavalerie ( 20 novembre 1939 ).
Prête le serment d'officier ( 9 mars 1940 ).

Le 10 mai 1940, les forces armées de l'Allemagne nazie attaquent et envahissent les Pays - Bas, la Belgique, le Grand - Duché de Luxembourg et la France. Le lieutenant de réserve Gustave Rens, alors affecté au 1er Régiment de Chasseurs à Cheval, prend part à la Campagne des 18 jours. Les 13 et 14 mai, le régiment est engagé dans de rudes combats derrière la rivière Gette. Le 27 mai, il protège, avec succès, la retraite du 2ème Corps d'Armée à Knesselare ( province de Flandre - Orientale ), et fait 150 prisonniers. Mais dès le lendemain, l'Armée belge capitule. À cette date, le régiment est dissous, et Gustave Rens est fait prisonnier.
Dès à présent, l'officier de cavalerie va connaître une période de captivité ’ écourtée ’ en Allemagne. Le 2 juin 1940, Gustave Rens se retrouve derrière les barbelés de l'Oflag VI - D à Dortmund, situé dans le Wehrkreis VI ( District militaire VI ). Le 6 juin 1940, il est transféré 47 kilomètres plus à l'est pour poursuivre son internement à l'Oflag VI - A de Soest ( toujours dans le Wehrkreis VI ). 
Dans le cadre de la Flamenpolitik pratiquée par les Allemands ( afin d'exploiter les problèmes linguistiques en Belgique ), Gustave Rens est libéré et rapatrié pour arriver, sur le territoire national, le 15 août 1940. Voici son parcours jusqu'à son arrivée en Grande - Bretagne :

Sans emploi en Belgique occupée ( 21 août 1940 ).
Renvoyé dans ses foyers ( 23 août 1940 ).
À la disposition du Bureau du Commissaire à la Reconstruction ( 3 novembre 1940 ).
Participe à des actions avec la Résistance ( 1er janvier - 1er mars 1942 ).

C'est à partir de cette dernière date que le lieutenant de réserve Gustave Rens va être impliqué dans le sauvetage de l'étendard de son unité. Au moment de la capitulation, le colonel vicomte E.M.J. de Jonghe d'Ardoye, commandant du 1er Régiment de Chasseurs à Cheval, enterre l'étendard à Gijverinkhove ( province de Flandre - Occidentale, Belgique ). En 1941, Monsieur Anselme ’ Selmo ’ Vernieuwe ( futur pilote sur bombardier Avro Lancaster au sein de la R.A.F., détenteur du grade de Flight Lieutenant et de la D.F.C. ) le déterre et l'amène dans la chapelle Saint - Christophe d'Hun ( province de Namur, Belgique ). Là, en toute confiance, il le remet aux bons soins de l'aumônier du régiment, R.E. Dehoux, lequel s'empresse de le dissimuler.
Le 1er mars 1942, un petit groupe composé de l'aumônier R.E. Dehoux, du lieutenant Gustave Rens, de Monsieur Decamps et de son épouse, quitte la Belgique pour rejoindre les Forces belges en Grande - Bretagne. Obsédés par la pensée de ’ libéré ’ l'étandard, Monsieur Decamps et Gustave Rens retourne à Hun, le 3 mars. Trois jours plus tard, en possession du précieux ’ colis ’, ils atteignent Nancy ( Lorraine, France ). De nouveau réuni, le petit groupe poursuit sa route via l'itinéraire suivant :

Nancy.
Belfort.
Besançon. 
Dôle.
Chaussin.
Traversée de la rivière Doubs.
Montpellier.
Montauban.

En atteignant Montauban, Gustave Rens remet l'étendard à l'aumônier R.E. Dehoux qui reste sur place. Ledit étandard sera acheminé, après l'arrivée de Gustave Rens, en Grande - Bretagne ( grâce aux soins d'un réseau d'information et de sauvetage ). Voici la suite de l'évasion de l'officier de cavalerie :

Toulouse.
Narbonne.
Perpignan.
Traversée des Pyrénées.
Figueras ( Catalogne, Espagne ).
Barcelone. 
Orense ( Galice, Espagne ).
Lisbonne ( Portugal ).
Gibraltar.

Enfin en territoire allié, Gustave Rens embarque à bord d'un navire pour un voyage périlleux, lequel l'exposera aux attaques des U - Boote et aux éléments météorologiques. Le 10 juillet 1943, il débarque à Glasgow ( Écosse, Grande - Bretagne ). De là, il est envoyé vers le sud, en Angleterre. Le 3 août 1943, il intègre les Forces belges en Grande - Bretagne. Voulant à tout prix combattre, Gustave Rens veut devenir pilote et fait sa demande pour entrer au sein de la Royal Air Force Volunteer Reserve. Le 3 septembre 1943, il est affecté au Dépôt de l'Aéronautique Militaire belge, situé à Goring - on - Thames ( Oxfordshire, Angleterre ). Voici son parcours :
1943

Nommé au grade d'Acting Pilot Officer ( sous - lieutenant temporaire ) et envoyé à l'Air Crew Receiving Centre, situé à Regent's Park, à Londres ( 11 mars ).
No. 17 Initial Training Wing ( I.T.W. ) à Scarborough dans le North Yorkshire, en Angleterre ( 3 avril ).
No. 6 Elementary Flying Training School ( E.F.T.S. ) à Sywell dans le Northamptonshire, en Angleterre ( 9 juillet ).
No. 2 Air Crew Dispatch Centre à Heaton Park, Manchester, en Angleterre ( 6 août ).
No. 31 Personnel Dispatch Centre ( 1er septembre ).
No. 31 Elementary Flying Training School ( E.F.T.S. ) à De Winton dans l'Alberta, au Canada ( 4 octobre ).

1944

No. 34 Service Flying Training School ( S.F.T.S. ) à Medicine Hat dans l'Alberta, au Canada ( 31 janvier ).
No. 31 Personnel Dispatch Centre ( 11 août ).
Nommé au grade de Pilot Officer ( sous - lieutenant, 12 août ).
No. 7 Personnel Receiving Centre ( 6 septembre 1944 ).
No. 5 ( Pilot ) Advanced Flying Unit ( P A.F.U. ) à Ternhill dans le Shropshire, en Angleterre ( 10 octobre ).

1945

No. 56 Operational Training Unit ( O.TU. ) à Tealing dans l'Angus, en Écosse ( 5 janvier ).
Promu au grade de Flying Officer ( lieutenant, 12 février ).
No. 33 Squadron ( 25 avril ).

Basé à Gilze - Rijen ( B - 77, Pays - Bas ), l'escadrille est équipée du chasseur Hawker Tempest.
Note de l'auteur de cette présentation :
Il est dit que Gustave Rens aurait participé aux dernières opérations en Europe. Hors, à l'occasion d'un entretien ( mardi 26 juillet 2011 ) avec feu le général de brigade aviateur e.r. Albert ’ Pietje ’ Laforce ( No. 609 ’ West Riding of Yorkshire ’ Squadron, 1922 - 2018 ) et feu Monsieur Henri ’ Brandy ’ Branders ( No. 349 ’ Belgian ’ Squadron, 1923 - 2016 ), il a été dit que Gustave Rens n'aurait effectué qu'un vol d'essai au sein de cette escadrille ! Ces deux Anciens de la R.A.F. étaient catégoriques à ce sujet. N'ayant pu consulté le Log Book ( carnet de vol utilisé par les aviateurs britanniques et alliés ) du principal intéressé, je ne pouvais mettre en doute cette affirmation.
Voici la suite et fin de sa carrière au sein de la R.A.F. :

No. 349 ’ Belgian ’ Squadron ( 19 mai ).
No. 84 Gliding School ( 24 juillet ).

1946

Deputy Belgian Inspectorate General ( 7 janvier ).
Promu au grade de Flight Lieutenant ( capitaine, 12 août ).
Réformé de la R.A.F. ( 1er octobre ).

Après avoir quitté la R.A.F., Gustave Rens intègre la toute jeune Force Aérienne belge. Le 9 février 1951, avec le grade de capitaine aviateur, il est transféré au sein du Corps du personnel non - navigant. De ce fait, il passe du statut d'officier aviateur à celui d'officier d'aviation ( ce qui le faisait grincer des dents, d'après les dires d'Henri ’ Brandy ’ Branders ). Durant sa carrière d'après - guerre, Gustave Rens assume plusieurs commandements, notamment aux États - Unis et au Congo belge. Le 1er avril 1973, il prend sa retraite avec le grade de colonel d'aviation.
Titulaire de nombreuses décorations belges, ainsi que d'une décoration finnoise, le colonel d'aviation e.r. Gustave Rens assistait aux cérémonies et aux commémorations, notamment celle se déroulant devant le Mémorial de l'Aviation Militaire ( site du Cinquantenaire, Bruxelles ). Il a, notamment, écrit quelques ouvrages, dont Les Belges de la Bataille d'Angleterre ( 1980 ).
Le colonel d'aviation e.r. Gustave Rens est décédé à Leuven ( province du Brabant flamand, Belgique ). Par un temps gris et pluvieux, ses funérailles eurent lieu le vendredi 17 mai 2013, en l'église collégiale Notre - Dame d'Aarschot. Parmi les étandards portés figurait celui du 1er Régiment de Chasseurs à Cheval et, au sein de l'assistance, seul un véritable Ancien de la R.A.F. ( c'est - à - dire, qui a participé aux opérations durant la guerre ) était présent : Henri ’ Brandy ’ Branders.
( sources : Les ’ Vieilles Tiges ’ de l'Aviation belge, STUDYLIB, Wikipédia, Belgisch staatsblad, Hawker Typhoon and Tempest : a formidable pair )
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique