ILS OUVRIRENT LE BAL

Product image 1ILS OUVRIRENT LE BAL
Product image 2ILS OUVRIRENT LE BAL
Product image 3ILS OUVRIRENT LE BAL
Product image 4ILS OUVRIRENT LE BAL
Product image 5ILS OUVRIRENT LE BAL
Du 10 mai au 24 juin 1940, l'aviation de chasse française a livré une bataille acharnée, abattant 935 avions allemands, plus de la moitié du nombre des victoires de la RAF en 2 mois. Inférieurs en nombre, surclassés en vitesse, les chasseurs ont su appliquer, avec courage et audace, leur devise "Faire Face" au prix de très lourdes pertes : 166 pilotes tués, 144 blessés, 92 parachutés indemnes sur un total de 750 pilotes qui prirent part à cette bataille de 45 jours. Après le cinquième quart d'heure qui valut à son auteur le prix Raymond Poincaré 1966, Jean Gisclon qui participa à cette campagne au groupe de chasse 215 et remporta 4 victoires, retrace dans ce livre les dramatiques épisodes vécus par ses camarades des 24 groupes engagés dans cette bataille. 

Caractéristiques

Format 10,8 x 18 x 1,4
Nbr. de pages 306
Finition Broché
Année d’édition 1973 (Réédition)
Langue Français
Auteur Jean Gisclon
Collection / Série Série TÉMOIGNAGES
Editeur Presses pocket 1973

Description

Du 10 mai au 24 juin 1940, l'aviation de chasse française a livré une bataille acharnée, abattant 935 avions allemands, plus de la moitié du nombre des victoires de la RAF en 2 mois. Inférieurs en nombre, surclassés en vitesse, les chasseurs ont su appliquer, avec courage et audace, leur devise "Faire Face" au prix de très lourdes pertes : 166 pilotes tués, 144 blessés, 92 parachutés indemnes sur un total de 750 pilotes qui prirent part à cette bataille de 45 jours. Après le cinquième quart d'heure qui valut à son auteur le prix Raymond Poincaré 1966, Jean Gisclon qui participa à cette campagne au groupe de chasse 215 et remporta 4 victoires, retrace dans ce livre les dramatiques épisodes vécus par ses camarades des 24 groupes engagés dans cette bataille. 
À PROPOS DE CET AUTEUR
Jean Gisclon




Jean Gisclon, né à Lyon (Rhône) le 30 avril 1913 et mort à Paris le 7 janvier 2009, est un aviateur, écrivain et journaliste français.


Biographie

En 1932, il obtient son brevet de pilote à l'école d'Aulnat (Puy-de-Dôme). Il a pour moniteur Fernand Lefèbvre, qui deviendra pilote d'essai et se tuera aux commandes d'un prototype en 1946.


Engagé dans l'armée d'observation puis dans la chasse, au sein du Groupe de Chasse 2/5 La Fayette, il accède au grade de colonel. As de guerre avec 6 victoires, il est commandeur de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1939-1945 avec 6 palmes, il est décoré de la médaille de l'Aéronautique et de l'Air Medal américaine.


Première affectation en mars 1933 au 35e Régiment d'Aviation, basé à Lyon - Bron. Il y restera jusqu'en 1936, affecté successivement aux 35e et 55e Escadre d'Observation (Breguet 19 et 27, Potez 25 et 540, Hanriot 431 et Mureaux 117), puis à la 5e Escadre de Chasse (Gourdou 32, Nieuport 622, Dewoitine 500 et 501, et enfin, plus tard, Curtiss H.75 ou p. 36).


En juin 1936,  intervient un événement important : à la suite d'une infraction  caractérisée (et remarquée !) au règlement de la circulation aérienne,  très, très bas au-dessus de la banlieue lyonnaise, notre jeune pilote  est condamné à 60 jours d'arrêts de rigueur mais, surtout, menacé de  radiation du personnel navigant.


L'intervention d'amis efficaces lui permet de se soustraire aux  foudres lyonnaises et il se retrouve détaché au cabinet du Ministre de  l'Air. Là, on lui propose de convoyer à Barcelone, des avions destinés  aux Républicains espagnols.


Il quitte l'armée en 1960 atteint par la limite d'âge de son  grade, et commence une carrière d'écrivain et de journaliste au  quotidien Le Parisien,  ainsi qu'à la revue Pionniers. En tant qu'écrivain, il aura pour  objectif principal de réhabiliter l'ensemble des pilotes français durant  la campagne de France (mai-juin 1940) ainsi qu'après le débarquement américain en Afrique du nord en novembre 1942. Réarmé par le commandement américain, il participera à la campagne de Tunisie (Kasserine-Thelepte) puis à la libération de la Corse et à la Campagne d'Italie. En 1945, il sera instructeur à Meknès où il côtoiera le fils de l'écrivain Blaise Cendrars qui trouvera la mort lors d'un entraînement.

Détaché à deux reprises auprès du cabinet du ministre de l'air ,  il sera barré durant de longues années dans ses promotions au grade  supérieur par le général Martial Valin, ancien des Forces françaises libres.[non neutre]

Il en ira de même pour sa promotion au grade de commandeur de la  Légion d'honneur puisqu'il dut attendre 2005 soit l'âge de 92 ans pour  être enfin décoré de la croix de commandeur. Cela illustre l'inimitié  tenace des milieux gaullistes envers les combattants qui, en juin 1940, après l'Armistice, eurent la mauvaise idée d'obéir aux ordres du gouvernement de Vichy.[non neutre]

"Certains des récits publiés par Jean Gisclon s'avèrent très  « enjolivés » lorsqu'on les confronte aujourd'hui aux archives  officielles. L'absence de précision quant aux sources (nom de ses  « témoins » rarement cité) rend de surcroît toute vérification  impossible. C’est le cas notamment des différentes versions produites  par Jean Gisclon (en 1965 et en 1983) à propos des derniers instants du  lieutenant Pierre Houzé".

Les  journaux de "marche" des escadrilles de chasse, qui ont servi de trame à  l'auteur, sont la mémoire vivante "quasi instantanée" du vécu et à ce  titre il est fort peu probable que leur contenu soit par trop  romanesque ! On peut donc penser que l'auteur a correctement rendu  compte des derniers instants du lieutenant Houzé, aussi bien dans son  ouvrage "LE CINQUIEME QUART D'HEURE" paru en 1965 que dans "LES MILLE  VICTOIRES DE LA CHASSE FRANCAISE" paru en 1990.[style à revoir]




Publications 


  • Pour Dolorès, Denoël, 1959


  • Le cinquième quart d'heure, Éditions France-Empire, Paris 1965, prix Raymond Poincaré en 1966


  • Ils ouvrirent le bal, Éditions France-Empire, Paris 1967, prix des Pilotes de Chasse en 1970, réédition Presses pocket 1973 Sie eröffneten den Tanz : der Kampf der französischen Jagdflieger vom 18. Mai bis zum 24. Juni 1940 , Fabel, 1967, Allemagne


  • Des avions et des hommes, Éditions France-Empire, Paris 1969, prix du groupe Paris-Lyon 1971


  • Un du ciel, 1973


  • De l'escadrille La Fayette au La Fayette squadron : 1916-1945, Éditions France-Empire, Paris 1975



  • Les As de l'escadrille La Fayette, illustrations de Georges Beuville, 1976 (réédition de L'Escadrille Lafayette)


  • La grande aventure de la Chasse française15, Éditions France-Empire, Paris 1983, prix Guynemer 1985, préface du général d'armée aérienne Philippe Maurin


  • Espagne 1936 - La Désillusion, Éditions France-Empire, Paris 1986


  • Les 1 000 victoires de la Chasse française : mai-juin 1940, Éditions France-Empire, Paris 1990, meilleur Document d'Histoire de l'Aéro Club de France en 1990


  • Chasseurs au groupe "La Fayette" du Nieuport au Thunderbolt 1916-1945, Paris, Nouvelles éditions latines




https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Gisclon

Close (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Search

Shopping Cart

Your cart is currently empty.
Shop now